La psychanalyse :

En premier lieu, la psychanalyse des liens est un mode de travail psychanalytique. En effet, le dispositif psychanalytique ouvre sur l’écoute et les analyses des liens personnels. De plus, il s’intéresse aux relations de couple. Et, le travail analytique avec les familles va concerner les problèmes de communication. Enfin, l’intervention d’un psychologue dans les équipes prend la forme d’un groupe de supervision ou d’intervention en analyse des pratiques. Aussi, c’est un intervenant extérieur qui aide les équipes à travailler sur leurs pratiques professionnelles.

La psychologie de la vie quotidienne :

Enrique Pichon-Rivière, tout d’abord « Ce que nous abordons, c’est l’homme immergé dans ses relations quotidiennes… l’être humain est un être de nécessités ne pouvant être satisfaites que socialement, dans des relations qui le déterminent ». Enrique Pichon-Rivière avec la collaboration d’Ana P. de Quiroga, « Contributions à la didactique de la psychologie sociale » in Psychanalyse et psychologie sociale. Hommage à Enrique Pichon-Rivière, Revue de Psychothérapie Psychanalytique de Groupe, n°23, 1994, Erès, p. 52.

En fait, la psychologie de la vie quotidienne est mise en commun entre les professionnels pour exécuter leurs taches et leurs rôles dans les services.

Isidoro Berenstein, Janine Puget : aussi « Nous disposons de plusieurs outils : notre engagement émotionnel, notre bagage théorique et une manière particulière de sélectionner les données : une certaine grille de lecture appliquée au discours permet le passage à la métaphore, elle-même voie d’accès au symbolique » Berenstein I, Puget J., (2008), Psychanalyse du lien, Ramonville Saint-Agne, Erès, p. 40.

Siegmund Heinrich Foulkes : de même, « la nature sociale de l’homme est un fait fondamental et irréductible » Foulkes S. H., (1964), Psychothérapie et analyse de groupe, Paris, Payot, trad. fr., 1970, p. 108.

Les alliances inconscientes :

René Kaës : « J’ai proposé d’appeler alliances inconscientes des formations psychiques communes et partagées qui se nouent à la conjonction des rapports inconscients qu’entretiennent les sujets d’un lien entre eux et avec l’ensemble auquel ils sont liés en en étant partie prenante et partie constituante » Kaës R., (2014), Les alliances inconscientes, Paris, Dunod, 2009, p. 35.